A propos de l'auteur pimprenellehutte

Paula Otero

 

Quelques mots sur moi

Bah, voici le profil ou plutôt la face de la gardienne de la PimprenelleHütte... ce fut pendant un temps pour me permettre de payer mes études.

Mes centres d'intérêt

Ô ciel! Il va encore me tomber sur la tête!
Je trouve toujours difficile de placer les mots là où il faut pour me présenter. Tiens, un mot me revient L U D I Q U E: comme un jeu... dans la vie privée, professionnelle, dans le sport ou dans l'amour... par tout! On assimile bien mieux, c'est plus digeste... et quoi qu'il arrive c'est plus léger à transporter.

Pour la petite histoire

Pendant: Lors d'un embargo au Palais de Justice de la place de Bourg-du-Four... non, ca va pô ça!
Au commencement: Lorsque j'étais petite fille on m'administrait des clystères forcés (ne me demandez pas ce que c'est car je n'ai aucune envie de vous expliquer)
Toutefois: J'aime le froid... la neige... enfin qu'est ce que cela peut vous faire, je suis d'accord! Mais bon, c'est quand même un indice de ma personnalité à ne pas négliger, tout de même. Ouais, ça me fait penser à l'émission sur la RSR « mp3 » où des personnalités distinguées de notre société helvétique dévoilent leurs goûts et couleurs musicales... du style un homme politique qui nous raconte que dans sa jeunesse il aimait Pierre Perret, bon d'accord et alors?! Quand je prends mon petit-déjeuner à 6h30, je dois entendre les gouts musicaux de X Y Z... certains... disons, les gouts des uns, ne sont pas les couleurs des autres... me rendent mon petit-déjeuner assez indigeste. Mais bon, ça pourrait être pire... et ça en est! Parce que quelques minutes avant ou après j'ai droit aux prises d'otages, aux kamikazes et aux violeurs récidivistes... alors, si avant mon petit-déjeuner devenait indigeste, je ne vous dit pas ce qu'il devient lors des nouvelles pleines de faits divers. Stop!
Et ben... ça nous avance pas beaucoup plus sur mon profil.

Ma mère me traitait souvent de terroriste – Uuuuuhh!!! - Mot à proscrire sur le web, puisque les scanners, les radars de toutes les instances mondiales de « sécurité » risquent de me contrôler de fond en comble - mais non, mais non, pô de vague! Mon terrorisme reste assez pacifique et se limite à mon assiette, il n'y a pas de quoi en faire une pièce de théâtre. Ma mère m'a dit d'autres choses aussi, mais je ne vous dirais pô! Ce n'ai pas parce que j'ai un blog qu'il faut tout vous dire, bon sang! Un peu de pudité, tout de même.

Calculatrice, et oui, personne n'est parfait! Je compte mes pas à la montée, les secondes et la dénivelée et le tout en même temps... ça aide à passer le temps. Et entre deux, je médite, comme disait... qui déjà? J'ai un blanc, bref! « On ne médite jamais aussi bien qu'au rythme de ses pas. » Voui, mais comment peut-on méditer en comptant ses pas? Me diriez-vous. Inutile de vous combler d'explications, il faut tout simplement l'expérimenter... le vivre, un point c'est tout!
Et si cela ne marche pas, il faut vous dire que c'est inné et je ne suis pas sûre que cela se travaille. Bah, p'têt qu'avec un peu de volonté... oki, j'arrête!

Malgré tout ces calculs, j'ai raté mes 2 examens en comptabilité, surtout lors de l'élaboration du bilan. La 1ère page ça restait du gâteau, la 2ème devenait un peu plus corsée, la 3ème je pataugeais dans la semoule et la 4ème était périmée, immangeable. Moral; je déteste l'élaboration du bilaaaaan! C'est de la pure frustration assurée, malgré cela, j'ai quand même fait de la comptabilité pendant 7 ans ainsi que la préparation du bilan, mais c'était tout, surtout pas d'élaboration, ça me déprimait. Sur ces quelques lignes inintéressantes, vous n'en savez toujours pas plus sur mon profil.

Bon ok, je lâche le morceau 50kg pour 1,55cm... pas mal – c'est petit, discret, ça passe partout... fissures, interstices, etc - et ça reste stable. Bon, j'avoue, je ne suis pas miss monde et inutile de vous faire croire cela. Je suis d'intelligence limitée, je ne possède pas de dons particuliers et et... par contre, je pointe du doigt à tout ce qu'à mes yeux ne va pas dans le sens « du respect et du durable ».
Voilà, je crois que je vous en ai déjà dit beaucoup... d'habitude je n'en dis pas autant! P'têt que j'en ajouterai au fil du temps, car histoire n'a pas fini de croitre, tant que la Vie sera en vie, tout restera en perpétuel mouvement.
Si vous avez tenu jusqu'au bout... alors là, il ne me reste qu'a vous féliciter pour tout ce temps que vous avez perdu.
Pimprenellement vôtre

Résumé (en vrai et en vrac)

Mère de famille à 90%
De pseudo: Pimprenelle et de raison sociale: PimprenelleHütte + BIOCuisines + Conseillère en nutrithèrapie
Ancienne assistante de gestionnaires de la place genevoise
Spécialisations:
Cuisinière en alimentation biologique et préventive
Animatrice d'ateliers en alimentation sante
Plantes sauvages et comestibles
Huiles essentielles
Baroudeuse des cimes
Accompagnatrice de sourds-aveugles

Mes livres préférés

Livres préférés? Bah non, je n'en ai pas!
A part quelques livres techniques au sujet des pratiques alimentaires, comment vivre plus sainement et durablement, qui m'intéressent. D'ailleurs vous en trouverez tout au long de mon blog certains extraits de certains de ces livres.
Ci dessous, je vous propose ces trois livres qui ne sont pas forcement mes préférés, mais qui sont les miens, du moins avec mes histoires.

« La fine anse qui se brise » C'est un récit de 7 ans de labeur dans la finance... et coute que coute il faillait gagner mon pain quotidien et des fois ce pain me revenait cher, voir très cher... jusqu'au jour où j'ai décidé de ne plus manger de pain.

« Sommets et dépendances » Ce sont des récits de plusieurs acteurs sportifs qui pratiquent des disciplines en montagne. Vous trouverez des histoires à mourir de rire comme des histoires à sortir vos kleenex.
La mienne se nome « Vol avec les anges » et paradoxalement au fait que je cherche à vivre durablement, parfois je m'expose! Il suffit d'un faux pas pour que le durable se transforme en raccourci vers le périssable.

« La Mère à Boire », un fragment de vie, d’une vie agitée, à se débattre pour garder la tête hors de l’eau, pour sortir de la routine et dépasser les difficultés de la vie quotidienne. Une mère raconte ses peines, ses désespoirs et ses joies, comment elle a cherché à convertir son eau en vin, le noir en blanc, la pluie en soleil, la mer en terre ferme et le plat en relief.

Le livre La fine anse qui se brise Camptocamp.org: Sommets et dépendences < image : La Mère à Boire >