VERTUS DU CHOU

ET DE TOUTE SA FAMILLE

Les crucifères

 

chou

 

Ces légumes si mal aimés...


Nous remarquons que contrairement aux préjugés tenaces le chou est extrêmement précieux pour l'estomac et l'intestin, qu'il soit utilisé sous forme de jus ou cru en hors-d'œuvre, ou encore cuit à l’étouffée ou vapeur - 5/10min. Il est toléré par tous les organismes, si cella n'est pas le cas, il se peut que votre façon de cuire n'est pas la plus indiquée. C'est la longue cuisson à l'eau ou au vin pratiquée à tort de façon habituelle dans nos pays, qui en le privant de certains de ses éléments – c'est-à-dire en détruisant son harmonie – rend le chou souvent indigeste, parfois inacceptable.
De même, contrairement à ce que l'on croit habituellement, la choucroute obtenue par des procédés naturels est bienfaisante.

« La lacto-fermentation enrichit l'aliment alors que la stérilisation l'appauvrit. »

Par ses ferments, qui aident à la digestion de la cellulose et des graisses, elle est d'une haute digestibilité. Ce qui dans la choucroute n'est pas digeste, c'est la charcuterie qu'on y ajoute souvent avec exagération. Les ferments lactiques de la choucroute, désinfectants puissants du tractus intestinal, doivent être conservés intacts.

Aussi convient-il de ne pas laver la choucroute qu'il est, par ailleurs, judicieux de la manger CRUE.

 

En fonction des sols et des cultures:

La richesse du chou en soufre (100 mg/ %), l'arsenic, le calcium, le phosphore, le cuivre, l'iode qu'il contient peuvent expliquer ses vertus apéritives, réminéralisantes et reconstituantes. Abondamment pourvu en vitamines, il est anti-scorbutique, revitalisant, rééquilibrant général, d'une incontestable utilité pour le bon fonctionnement organique.
Par sa vit.A, il entretient la nutrition tissulaire et retarde les signes extérieurs de vieillissement.
Par sa vit.B1, c'est un facteur de l'équilibre nerveux. Il favorise l'absorption de l'oxygène par les cellules, également le métabolisme des glucides.
Par sa vit.B2, il prend part à la respiration cellulaire.
Il devrait à son soufre son action particulière désinfectante et tonifiante dans les affections de l'appareil respiratoire, dans certains eczémas, dans la séborrhée et la protection cutanée.
Son magnésium, son potassium, son calcium apparaissent comme de puissants moyens de défense contre la maladie, la cancéreuse comprise.
Sa chlorophylle, en permettant la production d'hémoglobine, s'oppose aux états anémiques mais la cuisson détruit cet élément.
Ses propriétés anti-anémiques sont dues également au fer qu'il contient et au cuivre qui, par ailleurs, intervient dans la fixation calcique normale.
Par ses protides et ses glucides, il est énergétique et constructeur.

Il est aisé de comprendre pourquoi un tel aliment représente aussi souvent un remède polyvalent d'une puissance rare. Le remède naturel, équilibré, apparaît ainsi incomparablement supérieur à certaines préparations de laboratoire souvent incomplètes.
Mais on conçoit du même coup les raisons pour lesquelles, si l'on veut conserver au chou son maximum de potentiel, il importe de le transformer le moins possible. Toute transformation, si minime soit-elle, ne peut que se solder par un amoindrissement, un déséquilibre qui font perdre au chou une partie de ses pouvoirs.

 

Se soigner par les légumes, les fruits et les céréales – Dr Valnet