ecrins

 


COMMENT NOURRIR NOS CELLULES ? QUESTION ESSENTIELLE & CRUCIALE !

(Qu'on ne se pose pas assez...)

 

Ma cuisine présente des plats un tantinet «plus sains» mais cela reste sans prétentions, disons-le en tant que cuisine préventive. Parce qu'une fois que j'ai parcouru le manuel de la santé occidentale par l'alimentation, ainsi que celui de la santé orientale – juste les grosses lignes. Ainsi que la naturopathie, la nutrition qui delà est né la nutrithérapie, cependant comme chacun donne son point de vue et la majorité n'est point d'accord, cela devient difficile de savoir qui a raison. D'autres disent qu'il faut manger un peu de tout... équilibré. Savons-nous vraiment ce que c'est équilibré?

La plupart ne s'en préoccupent nullement et affirment qu'il faut bien "mourir de quelque chose". Il est évident que ce site ne s'adresse pas à eux!

Sur tout ce dont j'ai appris sur mon chemin de vie, j'adhère à la philosophie de l'Ancien de la médecine naturelle, le Grand Hippocrate, lors de sa théorie diététique qui affirme que nous pouvons nous soigner avec les aliments et surtout les FRUITS et les LÉGUMES, (il n'avait pas imaginé à quel point nos aliments allaient être transformés par notre style de vie et notre société consumériste) ainsi que l'histoire du prophète Daniel sous le règne de Nabuchodonosor « avait eu une vision de la part de Dieu qui l'a demandé de manger que des végétaux et de refuser les mets du roi. Apparemment, il vécu de bien meilleur santé que tous les autres qui mangeaient les mêmes mets que le souverain».

Dans mon histoire, je vie souvent à 120 à l'heure – comme la majorité des communs des mortels – et oui en Suisse il est interdit de dépasser les 120km/h (en réalité je fais du 100km/h par souci d'économie de carburant et pour l'environnement). À par ça, j'aime cuisiner, mais je déteste rester des heures dans la cuisine auprès des chaleurs émanant des fours, des casseroles ou des effluves qui se dégagent et parfument notre habitat... (humm, l'odeur du chou qui n'en rêve pas de se parfumer au chou?) donc, j'ai choisi une Cuisine Rapide. Ça tombe bien, au moins sur un point la médecine, la naturopathie et les nutritionnistes tout genre se sont mis d'accord CUIRE PEU DE TEMPS ET À BASSE TEMPÉRATURE, et manger beaucoup de crudités, parce que sans eux bonjour les carences en vitamines et en sels minéraux. Pour le reste il faut juste ouvrir les yeux et regarder un peu plus loin que le bout de notre nez et on verra des myriades de choses pas anodines qui se trament.

Sur ce,

Stimulatrice de Saines Habitudes... Source d'inspiration et information pour tous ceux qui aimeraient développer l'Art de Manger plus proche de nos besoins Cellulaires & évidemment avec PLASIR! Ces quelques pages sont composées de recettes traditionnelles ainsi que modernes avec des produits à nutriments plus "intelligents" et sains pour notre METABOLISME. Accompagnées des articles ou des commentaires qui expliquent pourquoi nous tombons malades et pour quelles raisons nous devons donc modifier notre comportement alimentaire.

Mes plats son avec:

  • Produits complets – céréales, farines, sucres - allégés en sucre - sel marin (gris)

  • Huiles 1ère pression à froid – olive, sésame, colza, lin... (après cuisson ou dans les aliments crus)

  • Méthodes de cuisson – vapeur, étouffée, four conventionnel basse température 90° - 110° maxi (plus long) - cuissons sans sel (ou après cuisson ou salé à table si nécessaire)

  • La fermentation
  • Peu de produits laitiers- chèvre et brebis

Sans:

  • Lait

  • Beurre

  • Crème

  • Produits raffinés

Certains:

  • Sans gluten

  • Ni produits animales

ÉVITER:

  • Grillades

  • Fritures

  • Aliments fumés

  • Torréfiés

Tous les "éviter" apportent à notre organisme des molécules mutagènes – qui favorisent le cancer - et qui n'existent pas à l'état naturel, par la même occasion notre foie et nos émonctoires ont du mal à les éliminer - théorie d'encrassage -  l'accumulation de molécules toxiques au fil des années. Pour aider notre organisme à se régénérer, il serait judicieux de faire une journée entière - par semaine - qu'avec des produits naturels et non transformés ou peu transformés comme les Fruits et Légumes.

Les produits complets:

Nous apportent les fibres et les protides, ainsi que les vitamines et les sels minéraux, malencontreusement, ces deux derniers risquent de disparaitre en fonction du type de cuisson utilisée et si la température est trop élevée au-delà de 90°C. (Il y a des thermomètres appropries qui permettent de contrôler la chaleur à l'intérieur des casseroles ou des casseroles avec des thermomètres incorporés, qui sont conçues pour la cuisson à étouffée)

Les huiles :

La  H a n t i s e  pour certains... à TORT! Surtout pour ceux qui ont dans leurs assiettes un morceau de viande ou des produits laitiers et qui ne se posent pas les bonnes questions.

SATURÉS OU INSATURÉS ?

Les acides gras saturés, que l'on retrouve dans la majorité des produits animaux – viande, beurre, charcuterie, produits laitiers – doivent être consommés en petite quantité et espacés dans le temps (2 à 4 fois par semaine tout produit confondu). Or généralement notre alimentation en contient trop, et ils provoquent une augmentation du cholestérol, bouchent les artères et peuvent entraîner des maladies cardio-vasculaires et bien d'autres.

Au contraire nous ne consommons pas assez d'acides gras INSATURÉS. Dans cette famille de bienfaiteurs les oméga 3 sont de véritables stars: colza, lin, noix. Les oméga 3 on les trouve essentiellement dans les poissons gras, qui ont la particularité de ne pas « figer », elles permettent aux poissons de se déplacer dans des eaux très froides sans geler sur place. Dans notre corps elles se comportent exactement de la même manière, elles « fluidifient » le sang, empêchant d'obstruer les artères. Oméga 6: germe de blé, sésame, soja, tournesol Oméga 9: olive, avocat, noisettes.

Les principales cuissons:

Se font à la vapeur ainsi qu'à l'étouffe, dans le souci de préserver un maximum les nutriments et éviter d'endommager l'aliment. Certains plats se font aussi au four conventionnel 90°- 110°C maxi. Une grande majorité des aliments n'ont aucun besoin de cuire indéfiniment, sous prétexte qu'ils sont meilleurs... mais meilleures où? Qu'en bouche, tandis que nous ne sommes pas fait que d'une bouche et il faut tenir en compte tout le reste.

Sucres:

Notre société en est accro, dès notre naissance jusqu'à notre disparition, nous ingurgitons du sucre sous toutes ses formes et même sans le savoir. Sans oublier que tous les produits raffinés comme farines, pâtes et riz blancs sont aussi des sucres - légèrement plus complexes par rapport aux sucres rapides, mais moins complexes que les produits complets - et qui finissent par se stocker dans notre organisme en forme de graisses (surtout les raffinés).

Essayer de diminuer cette frénésie qui dérégle complètement notre organisme avec des  « méthodes moins douces » ou en d'autres termes avec des sucres moins néfastes. En diminuant les quantités et en choisissant des produits de qualité et complets. Malheureusement, les produits complets ne donnent pas les mêmes résultats au niveau de l'esthétique, couleur et consistance, que les produits raffinés, donc, il faut un peu de persévérance et de se donner de bonnes raisons. Et inutile de mégoter sur les prix car l'essentiel n'est point du luxe, notre capital santé vaut mieux qu'une grosse cylindrée ou des vacances à l'autre bout de la planète. Où sont nos priorités?

Sans gluten:

Les céréales aux fil des temps ont été modifiées génétiquement par souci de productivité et par multiples d'autres raisons. Dans le cas des modifications il n'y a pas que les céréales, une majorité des aliments que nous mangeons, comme fruits et légumes, ont été et le sont toujours modifiés. Nous mangeons des végétaux issus de la plus haute technologie - les végétaux modernes – et les animaux d'élevage n'échappent pas non plus. Dans le BIO les manipulations génétiques sont interdites.

En ce qui concerne le gluten c'est une protéine (vous trouverez multiples explications sur le net) qui adhère tenacement aux parois des intestins et que pour celui qui ne mange pas assez de fruits et légumes a plus de chance de devenir constipé ainsi que de vivre d'autres désagréments. Les produits sans gluten ne sont pas seulement à destination des personnes sensibles au gluten - maladie cœliaque – mais à tous ceux qui mettent en priorité leur capital santé.

Fermentation:

En bref, les ferments sont de véritables alliés pour notre immunité – les pro-biotiques au naturelle. Malheureusement, dans le commerce il n'y existe presque plus de produits fermentés et la plus part des produits sont surtout pasteurisés de 62° à 88°C, la chasse au germes, les bons comme les mauvais! Alors il faut chercher longtemps avant d'en trouver le bon produit et une fois qu'on l'a trouvé, à retenir SVP : on ne le cuit point on le mange cru ou intégré à un aliment qui est encore chaud mais pas brulant, car il serait fatal à la micro-flore qui abrite la fermentation. Nous pouvons aussi faire nos propres fermentations et cela ne demande qu'un ou deux tours de mains et le temps fera le reste. Formule magique - Jamais mieux servi que par soit même! (Comment ça... pas le temps? ... boulot, enfants, commissions, ménage, SPORT, bénévolat... non, il n'y a pas d'excuse!!)

Produits dans le commerce ex.:chou-croute, olives de bonne qualité - si non, c'est surtout de la pasteurisation et des additifs, les cornichons d'antan étaient aussi fermentés. Miso et sauce tamari (soja) et shoyu (soja et blé), dans les mets ancestraux japonnais on trouve quelques produits fermentés.

Produits laitiers:

Les produits laitiers sont sujets à controverse: oui, non, mais... les pour et les contre sont multiples et cela devient difficile de savoir qui a raison et qui a tort. A défaut, je me suis basée sur ma propre expérience. Buveuse de lait de vache et mangeuse de tout type de produits laitiers confondus, lors du début d'une nouvelle année j'avais pris la décision de ne plus inviter le lait à ma table et que de manger très peu de fromages. Par la même occasion, j'ai fait valdinguer d'autres produits sans aucun intérêt nutritionnel ex: les soit disant pro-biotiques de chez Danone et autres.

Les produits laitiers que je m'autorise à manger sont surtout ceux de chèvre et de brebis, qui sont légèrement plus digestes. Et le peu que je mange, je l'espace dans le temps, c'est à dire, laisser plusieurs jours à mes émonctoires le temps d'éliminer ce dont je mange. Et si de temps à autre je fais des écarts, ce n'est point la fin des haricots, vu que tout se remet très vite en place. Ayant vécu depuis ma tendre enfance de très gros ballonnements dans mes intestins dès que je buvais ou mangeais quelle chose, ce problème c'est réduit et pratiquement disparu en quelques semaines et mon choix était fait sans hésitation!

 

EXPÉRIENCES PERSONNELLES

Je tiens à partager avec ceux qui se donnent le temps de me lire, qu'une fois que j'ai réduit les produits animales dans mon bol alimentaire, ainsi que les sucres et avoir changé les produits raffinés en complets, j'ai pu voir disparaitre (90%) un certain nombre de désagréments quotidiens au niveau physique-santé.

Ex: ballonnements, sciatique depuis ma jeunesse, constipation chronique, hémorroïdes qui devraient se faire opérer (selon la médecine allopathe), perte de poids et de cellulite.

J'ai retrouvé une légèreté... et je me permettrais d'utiliser le mot « jeunesse » du corpsavec rides certes, mais elles ne me dérangent point et ne sont pas douloureusesde bien-être, de souplesse et plus d'endurance lors de mes journées sportives... bien mieux que lors de mes 20 ans.

 

P6190013__copie_

Sources:

Combinaisons alimentaires Dr Shelton

Dr Vasey & Dr Besson Acido-basique 

Alimentation & Rhumatisme Dr Poinsignon

Dr Belpomme  Cancer et prévention environnementale

Nutriments & cie Passeportsanté.net

Documentaires qui devoilent, qui demasquent et Etc Arte 7